Histoire

La commune de Domeyrat

Domeyrat est une commune rurale du nord de la Haute-Loire, située entre le bourg de Paulhaguet et la ville de Brioude.

Elle s'étend sur une surface de 957 hectares, à une altitude moyenne d'environ 500m.

Le point culminant de la commune est le Pie de Charenty avec 754m d'altitude.

La Senouire, un affluent de l'Allier, traverse Domeyrat et se jette dans l'Allier quelques kilomètres plus loin, au niveau de Vieille-Brioude.

La commune se compose de 4 hameaux (Senèze, Blannat, Domarget et la Cougeat) et du bourg.

Le village possède le label «Pays d’art et d’histoire» qui est animé par les guides conférenciers du SMAT du Haut-Allier.

Histoire de Domeyrat : le château

L’histoire de Domeyrat commence au Villafranchien supérieur, une période s'étalant de -1.8 millions d'années à -800 000 ans environ. En effet, le hameau de Senèze, situé dans un ancien cratère volcanique dans lequel s'était formé un lac, constitue un haut lieu de paléontologie pour avoir fourni tout un écosystème fossile (mammifères, poissons, oiseaux). Senèze est considéré comme une référence paléontologique pour la période du Villafranchien supérieur. L'un des fossiles les plus intéressants découverts à Senèze est celui d'un primate très rare. Seuls quelques spécimens fossiles sont connus à travers le monde, dont un seul spécimen femelle : celui de Senèze.

Malgré cet héritage, il faut attendre 1250 pour que l’on mentionne Domeyrat. On retrouve plusieurs anciennes appellations pour le village, notamment «Dalmeyrac».

En effet, les Seigneurs Astorgius Papabeuf et son fils Bertrand ont rendu hommage à Alphonse, comte de Poitiers et frère de Philippe Auguste, roi de France. Les seigneurs de Papabeuf, originaires de Sauxillanges dans le Puy-de-Dôme, construisent le château de Domeyrat au début du XIIème siècle. La famille Papabeuf disparaît subitement en 1348, peut-être victime de la peste noire.

Plusieurs familles vont se succéder à la tête du château de Domeyrat, jusqu'à la famille des Langheac en 1387. Jean de Langheac, sénéchal d’Auvergne, hérite de la seigneurie en 1421 en épousant Marguerite Gouge de Champaigne, nièce de Martin Gouge de Champaigne, évêque de Clermont. Sous son influence, le château a été fortement remanié, jusqu'à adopter son apparence actuelle.

En 1619 il devient la propriété de la famille de La Rochefoucauld. En 1656 le château est vendu une première fois, puis en 1773 une deuxième fois à la famille Fargés.

À la Révolution, le château constitue un symbole de l'ancien système féodal, ainsi qu'une remarquable réserve de belles pierres. Il est peu à peu démantelé et l'on peut retrouver certaines des plus belles pierres de taille du château dans les maisons anciennes du village.

Le 30 décembre 1983, il est classé monument historique et en 1998 le Conseil Général de la Haute-Loire achète le château.

Histoire de Domeyrat : le village

Au XIIème siècle, le prieuré casadéen de Domeyrat est construit. Aujourd’hui, il ne reste que la cure et l’église, composée de deux travées de nef voûtées en berceau, une travée à la suite voûtée en coupole portant le clocher. Le chœur circulaire voûté en cul-de-four est orné intérieurement par une série d'arcatures soutenues par des colonnettes à chapiteaux sculptés de personnages symboliques.

Au XVe siècle, les Langehac construisent la chapelle seigneuriale Gothique.

L'église contient plusieurs oeuvres remarquables : un plat au fond duquel repose la tête de saint Jean-Baptiste sculpté en bois polychrome. Ce plat fut réalisé à la demande de Gabriel Sicard, prieure de Domeyrat en 1503. Au XVIIe siècle la famille de La Rochefoucauld fait peindre à Guy François une peinture à l’huile : le couronnement de la vierge. Ils font également fondre les cloches qui aujourd’hui encore sonnent tous les jours.

Enfin, le pont roman qui enjambe la Senouire est construit au XVème siècle.